Bettman est un fin renard; Damospin et la douche d’eau froide! vendredi, Nov 9 2012 

Le moins que l’on puisse dire c’est que Gary Bettman est un fin renard. Pendant que la cohue journalistique s’affairait à essayer de localiser l’endroit précis où l’AJLNH et les proprios négociaient, « Call me Gary » avait réussi à imposer aux joueurs de se rencontrer chez Proskauer Rose, 41e Rue et 8e Avenue, la firme d’avocats New-Yorkaise qui a concocté la stratégie d’imposition d’un lockout pour la LNH de Bettman en 1994 et 2004.

Faut le faire!

En fin de journée hier, une douzaine de journalistes, quelques caméras, attendaient les protagonistes afin de tâter le pouls des participants. Ils ont fait le pied de grue pour rien car peu a transparu des quelques mots laconiques qu’ont laissé tomber Donald Fehr et Gary Bettman.

Le « fond de provision » (make-whole) demeure un enjeu qui divise profondément les joueurs car les sommes qui serviraient à le créer (ce fond) proviendraient en très grande majorité de l’ensemble des joueurs de l’AJLNH. Dans les faits, la seule véritable utilité de ce fond serait de respecter les contrats signés avant le lockout, certains, cyniquement, ayant été signés à quelques heures du début de celui-ci!

Imaginons le scénario : les revenus sont partagés de façon moindre pour les joueurs (de 57 à 53% la 1ère année), ce qui fait baisser le plafond salarial. Les contrats de joueurs étoiles comme Suter et Parisé au Minnesota deviennent trop lourds à porter, c’est le « make-whole » qui sert à couvrir l’excédentaire. L’ensemble des joueurs qui paye la super-étoile pour des contrats signés en bonne et dûe forme…

On doit admettre que cette clause irrite même certains proprios.

Un son de cloche réaliste : Damian Cox

Encore, nous nous tournons vers Damian Cox du Toronto Star afin d’en arriver à une lecture réaliste de la situation.

Pour lui, tout l’aspect dramatique et l’urgence de la situation, c’est de la foutaise. N’en doutons pas, les deux côtés souffrent de la situation : « Right now, both sides are bleeding, and both are assessing on a day-to-day basis how much more they want to bleed, and measuring their losses against the possible gains, and calculating how far they can push the other side for maximum advantage. »

Mais contrairement à ce que l’on peut lire, notamment ici au Québec, le sentiment d’urgence est un leurre selon Cox. Il rappelle que le conflit de 1994-1995 s’est terminé le 11 janvier afin que l’on puisse présenter une saison de 48 parties. En 2004-2005, les deux camps ont négocié jusqu’au 16 février avant d’annuler la saison; des sessions de négociations ont eu lieu jusqu’en mai!

Nous ne sommes même pas à la mi-novembre. Comme l’écrit Damian Cox, le seul sentiment d’urgence est celui du rapport de force dans chacun des camps entre ceux qui tiennent mordicus à régler le conflit et les tenants de la ligne dure.

Du côté des proprios, Gary Bettman s’est assuré que les statuts et règlements qui régissent le groupe des propriétaires lui confèrent les pleins pouvoirs. S’il se ralie 8 proprios à sa position, ils peuvent imposer leurs vues à l’ensemble du groupe.

Du côté des joueurs, le très grand nombre (plus de 700 votants) et les enjeux divergents qui les mobilisent font en sorte que la division est toujours latente. Il y avait hier pour représenter les joueurs à la table de négociations Mathieu Darche, Kevin Wesgarth (dur à cuire des Kings), Chris Campoli, David Backes, Manny Malhotra, Shawn Thornton et Milan Lucic. Un groupe très disparate. N’oublions pas les absents, les européens de luxe comme Ovechkin et Malkin, qui, eux, font pression sur les négociations par leurs menaces de quitter leurs clubs respectifs si leurs contrats ne sont pas respectés intégralement. Imaginez la pression sur les autres joueurs des Pens ou des Caps. Et le proprio! Alors, on se cottise pour les garder dans notre équipe…

Vraiment, rien n’est simple dans cette négociation et force est d’admettre que ce sera le premier des deux camps qui n’en pourra plus de souffrir qui devra plier et donner à la partie adverse, les sommes qui manquent afin de régler.

http://www.nytimes.com/2012/11/09/sports/hockey/nhl-labor-talks-continue-with-some-optimism.html?_r=0

http://thestar.blogs.com/thespin/2012/11/dont-buy-the-drama.html

20121109-092245.jpg

Five Questions : Lock out : Oui ou Non ? mercredi, Fév 29 2012 

Dans sa série « Five Questions », le blogue Flyers Faithfull demande à des chroniqueurs-blogueurs de se prononcer sur différents aspects de la négociation de la convention collective à venir entre la LNH et l’association des joueurs. Cette fois-ci, la question que tout le monde se pose, quelles sont les chances qu’il y ait lock out dans la LNH?

Lyle Richardson (spectorshockey) : Optmiste. Ne croit pas qu’il y aura lock out, pense que les deux partis ne sont pas acrimonieux comme lors de la dernière négociation. Si conflit il y a, ce sera quelques semaines au delà de la date limite du 15 septembre, rien pour mettre en péril la prochaine saison.

Paul Kukla (kuklaskorner) : Met en garde les deux partis que si jamais les négociations prenaient une tournure négative, que cette fois-ci, un conflit de travail ferait perdre à la LNH non pas des amateurs passagers, mais les « hardcore fans » aussi. Cesserait de couvrir les activités de la ligue si c’était le cas. N’y croit pas cependant.

Jesse Spector (aol.sportingnews) : Les risques d’un lock out ne valent pas les gains potentiels pour chacun des deux partis. La LNH se porte, somme toute assez bien, les revenus sont en hausse, et note que Donald Fehr, qui a connu l’annulation e la Série Mondiale dans ce type de négociations et conflit, sait qu’il y a trop à perdre, comme Gary Bettman d’ailleurs.

Tyler Altemose (thehockeyguys.net) : Le dernier lock out est encore tout frais dans la mémoire des propriétaires, mais des joueurs également. Pas de lock out selon lui, bien que des points litigieux seront âprement discutés comme le niveau du plancher salarial, le partage des revenus et les contrats garantis mais sait que chaque parti à trop à perdre et que la popularité du sport notamment aux États-Unis, n’est pas à toute épreuve.

Five Questions de Flyers Faithfull ici : http://flyersfaithful.com/2012/02/27/five-questions-do-you-believe-there-will-be-a-lockout-why/

Gary Bettman et Donald Fehr sauront-ils conclure un nouveau pacte pour la LNH avant le 15 septembre prochain?