Dans cette guerre de relations publiques, le seul perdant : le partisan… vendredi, Sep 14 2012 

20120914-112428.jpg

Demain, samedi le 15 septembre, vers minuit (un oeu avant, le lendemain?), Gary Bettman du haut (pas très haut quand même) du dégoût qu’il porte envers tout ceux qui ne pensent pas comme lui, annoncera que devant l’intransigeance de l’Association des joueurs, les propriétaires sont CONTRAINTS de décréter un lockout, que la structure financière actuelle de la LNH est insoutenable et que des modifications sont capitales afin de rendre la ligue viable auprès du plus grand nombre de proprios, etc.

Ce que vous ne l’entendrez pas dire cependant c’est que jusqu’à la dernière minute, des proprios ont DÉFIÉ le mot d’ordre du commissaire de ne pas octroyer de contrats de plus de 5 ans pendant la période de négociation entre l’AJLNH et la LNH; vous ne l’entendrez pas commenter la dissidence de certains propriétaires qui ont publiquement condamné la stratégie du lockout, on pense ici aux Kings, aux Rangers, aux Canadiens de Montréal (et les autres équipes canadiennes en fait); vous ne l’entendrez pas commenter les procédures canadiennes et québécoise de contestation du droit de lockout devant les commissions du travail concernées (sinon que pour dire qu’elles sont ridicules)…

De toute façon, les gestionnaires d’amphithéâtres ont déjà des plans de contingence en place pour combler les dates laissées vacantes par le lockout de la LNH, le commissaire Bettman prépare depuis des mois les commanditaires et les créanciers de la LNH à l’inévitable afin que les contrats soient reformulés et adaptés en fonction de l’arrêt des activités de la LNH.

Du point de vue des joueurs, les vedettes de la LNH trouveront place dans la KHL si elles le veulent. @DChesnokov (Dmitry Chesnokov, journaliste de hockey russo-américain, excellente source d’informations par rapport à ce qui se passe en Europe) annonçait sur son blogue que la KHL limitera l’influx de joueurs américains à 3 ou 4 par équipes selon des contraintes très sévères (150 matchs dans la LNH au cours des 3 dernières années, participation aux championnats du monde ou aux olympiques, MVP, etc) afin que seuls les meilleurs joueurs de la LNH soient admissibles.

Les autres ligues européennes accueilleront aussi des joueurs. En Suisse notamment, on augmentera la limite de joueurs « importés »! et les ligues scandinaves (Suède et Finlande) seront aussi très populaires. On a remarqué depuis mercredi que les équipes ont aussi soumis au ballotage la majeure partie de leurs joueurs admissibles à une rétrogradation dans la Ligue Américaine (surtout ceux qui avaient des contrats à deux volets) pour leur permettre de se présenter aux camps d’entraînement de leurs clubs école.

Pendant que chaque joueur s’active afin de trouver une équipe prête à l’accueillir pendant le lockout, pendant que les gestionnaires d’amphithéâtres contactent les « bookers » des grandes tournées nord-américaines pour ajouter des dates les soirs de matchs de la LNH, les amateurs de hockey se trouveront laisés. TSN proposera des matchs de la KHL et certains matchs de la LAH en plus de leur couverture des championnats mondiaux junior. Sportsnet accentuera sa couverture de la ligue junior canadienne et espérons que TVA Sports et RDS se tournent eux-aussi vers les ligues européennes (en diféré?, décalage horaire oblige…).

Le partisan sera le seul perdant dans la mesure où ce sera lui qui, en bout de piste, et surtout au Canada où les arénas débordent, fera les frais de l’augmentation des coûts et revenus de la LNH. Car les revenus seront au rendez-vous après le lockout. Il n’en coûtera pas moins pour aller au Centre bell et si quelques centaines de fans boudent la Sainte-Flanelle, des milliers d’autres prendront leur place.

À moins que…

À moins que le conflit ne dure plus longtemps que prévu, à moins que les deux partis ne fassent preuve de tant d’entêtement que l’on en arrive à annuler la saison, à moins que les proprios les plus dissidents ne soient marginalisés par ceux qui ont remis leurs clés à Bettman en disant « ou ça baisse, sinon on sacre notre camp », car il s’agit bien de cela. L’entêtement de Bettman tient beaucoup du fait que ce qui se joue présentement c’est l’avenir de la LNH telle qu’il l’a, lui, bâtie avec le temps. Et oui, en enfonçant de force le hockey dans la gorge (mais moins dans les portefeuilles) de marchés de hockey non-traditionnels qui aujourd’hui font front commun. On parle de jusqu’à une dizaine d’équipes… Bettman récolte ce qu’il a semé. Et cet homme est prêt à sacrifier la LNH pour ne pas perdre la face. car si « sa » LNH devait imploser, il ne serait plus là de toute façon pour s’occuper des pots cassés.

Démagogie électorale sur le dos des Nordiques!! Honte à vous M. Charest. dimanche, Sep 2 2012 

Julie Snyder, conjointe de Pierre-Karl Péladeau, embrassant Pauline Marois au grand rassemblement du Parti Québécois.

Comme bien d’autres Québécois, nous avons été abasoudi d’entendre le premier ministre sortant du Québec, Jean Charest, tenter d’user du retour des Nordiques de Québec comme d’une arme démagogique envers ses adversaires politiques, ici le Parti Québécois.

Come on Man!

Nous nous sommes donnés comme mandat dans ce blogue de discuter sports et société. Nos lecteurs savent que nous aimons ici parler de hockey, sous toutes ses formes. Nous nous permettrons donc ce petit commentaire à saveur très politique, car il serait malaisé de laisser une telle bêtise sans réponse. Surtout de ceux qui sont avant tout des passionnés de hockey.

Quelle pathétique tentative de faire peur au monde que de tenter de faire croire à la population du Québec que Gary Bettman s’intéresserait à l’élection provinciale du Québec. Jean Charest est complètement à côté de ses pompes. Pourtant, il devrait s’intéresser au conflit entre joueurs et proprios de la LNH, lui qui a tant fait pour dilapider les ressources naturelles du Québec afin de les remettre aux plus fortunés du monde! Voilà un homme qui pourrait certes conseiller Gary Bettman dans la stratégie que devraient adopter  le club très sélect des propriétaires de franchises sportives professionnelles!

Gary Bettman et sa bande sont en ce moment en train de pondre des plans de contingence pour sauver la saison de la LNH en dépit d’un lockout qui sera décrété dans quelques jours. Horaires condensés, négociations avec les télédiffuseurs, les commanditaires de la ligue, les banquiers et riches trusts qui ont des intérêts dans la LNH et qui voudront être rassurés de la pérennité du produit et des plans des propriétaires, ce qu’il recherchent précisément par le recours à la mesure la plus dommageable en négociation de travail…

Mais la négociation n’est pas le propre de M. Charest il est vrai… À la place de faire peur au monde avec le retour des Nordiques, M. Charest aurait peut-être dû expliquer aux Québécois POURQUOI SAINT-CIBOUAIRE, il a dépensé 10 fois plus que ne le rapportait la hausse des frais de scolarité pour mater les étudiants à grand coup de matraques et de temps supplémentaire sans jamais s’assoir une maudite minute avec les associations étudiantes.

Tsé… même Gary Bettman le fait! Tout le monde le sait qu’il décrètera un lockout. Les joueurs le savent, les amateurs le savent, mais il s’assoit à la table et joue le jeu. Quand il annoncera solonnellement qu’il n’a pu en arriver à une entente, il aura au moins le mérite de s’être présenté à la table… au cas où. Non. Pas Jean Charest. Pourtant, il n’a pas toujours été chiche quand venait le temps de partager sa table…

Jean Charest attaque : « un gouvernement du parti Québécois pourrait mettre en péril la venue des Nordiques… »

TA YEULE!

Primo : faut prendre le petit peuple, tsé celui que tu méprises, pour des jambons que d’associer le choix démocratique des Québécois à ce dossier là. Surtout que c’est le parti Québécois qui t’as sauvé le cul dans le dossier de l’amphithéâtre! C’était pas glorieux d’ailleurs. Le choix démocratique des Québécois est souverain et n’obéit certainement pas à la logique de la peur stérile! Comme la LNH est en train de redéfinir la structure de sa prochaine entente de travail avec ses partenaires principaux, les joueurs, le dossier de Québec est bien loin sur la liste!

Deuxio : parlons-en des Nordiques! Toute personne qui a suivi le dossier de la relocalisation des Trashers d’Atlanta et des Coyotes de Phoenix sait très bien que la LNH, comme toute autre entité économique qui oeuvre dans le sacro-saint marché capitaliste que nous connaissons, sait que c’est l’accès au capital, et rien d’autre, qui dicte les choix en matière d’attribution d’une équipe de la LNH. Fallait voir la face de carème de Gary Bettman à Winnipeg, alors que la ville, et le pays au complet en fait, était en liesse, fêtant le retour des Jets. Ne pensez pas une minute M. Charest que Gary Bettman n’aurait pas aimé mieux se trouver à Seattle, à Kansa City ou même à Las Vegas ce jour-là! Quand les propriétaires de la LNH mettront leurs poings collectif sur la table et diront à Gary Bettman qu’ils en ont leur truck de payer pour les Coyotes de Phoenix et que la farce avec Greg Jamison a assez duré (Ce type là M. Charest c’est l’acheteur potentiel des Coyotes de Phoenix… veuillez lire notre blogue pour apprendre à le connaître. un chic type… mais cassé…); quand ce jour-là viendra M. Charest, le Board of Governor voudra en son sein un propriétaire solide, qui assure stabilité et ressources financières stables. Et cet homme M. Charest, c’est bien plate à dire, il saura bien composer avec le prochain gouvernement que les Québécois choisiront (ok…ok, par complaisance sidérante, on sait qu’il aurait bien aimé que ce soit François Legault mais c’est que l’ancien péquisse à l’art de se tirer dans le pied…). En plus, vous n’êtes pas sans savoir que sa femme… Entéka. Était bin belle dans les bras de Pauline…

Vous savez quoi M. Charest, les amateurs de hockey du Québec ne sont pas différents des autres citoyens. Dans le 80% d’insatisfaits de votre règne honteux, il y en a une maudite gang qui aiment le hockey, et une bonne moitié (!) qui espèrent le retour des Nordiques. Mais vous seriez bien malaisé d’essayer d’en trouver plus qu’une poignée qui souhaitent votre retour…