Mike Sunnucks, le journaliste du Phoenix Sports Businness Journal qui rapporte quotidiennement les péripéties du conseil de ville de Glendale concernant la vente des Coyotes à Greg Jamison, rapporte depuis quelques jours que c’est finalement la ville de Glendale qui aura le dernier mot sur la vente des Coyotes à Jamison.

Pourquoi?

Car l’ancien Président des Sharks n’a pas l’argent nécessaire pour acheter le club. Jamison n’a tout simplement pas assez d’appuis financiers et la complétion de toute vente passe par l’équité que garantirait la rente annuelle (subvention, appelez ça comme vous le voulez) de 17 M par année.

Comme le rapporte Sunnucks, le problème c’est que la mairesse Elaine Scruggs prétend que cette rente est beaucoup trop élevée et que les coûts d’entretien et de gestion de l’amphithéâtre ne valent pas plus de 11M par an, au mieux!

L’équation est simple à faire, Bettman tente de faire payer une partie des pertes annuelles de l’équipe (entre 20 et 25 M par an) par le conseil de ville pour faire artificiellement baisser le prix de la concession.

Le jeu de Bettman est grand ouvert et l’Institut Goldwater le voit venir de loin, d’où leur menaces de poursuites envers la ville de Glendale si le conseil de ville engage les contribuables à éponger les pertes.

D’ailleurs, Darcy Olsen de Goldwater a fait parvenir une lettre qui est sans équivoque quant aux positions de l’Institut.

On peut lire la lettre ici : http://goldwaterinstitute.org/article/letter-mayor-and-councilmembers-glendale

Cette saga frise le ridicule, mais rien n’arrêtera Bettman dans sa croisade pour sauver le marché de Phoenix, certainement pas le ridicule!

Surtout quand on considère que Pk Péladeau attend dans l’ombre avec tout l’argent nécessaire pour que Bettman redistribue aux propriétaires…

L’article du Sunnucks ici : http://www.bizjournals.com/phoenix/morning_call/2012/06/coyotes-sale-may-hinge-on-city-arena.html