Dans la saga de relocalisation des franchises de la LNH qui sont en difficulté, la LNH cherche avant tout à créer une multiplication des parties intéressées à s’approprier une équipe et ce, préférablement aux États-Unis, et en fonction de certains paramètres bien précis : taille du marché, rivalité possible avec un marché existant, possibilité d’accueillir une équipe dans un amphithéâtre récent, voire neuf ou la volonté de bâtir un tel aréna.

Bien des marchés potentiels qui étaient évoqués jusqu’à maintenant relevaient de voeux pieux de la ligue mais ne reposaient pas sur des acquéreurs potentiels crédibles. Que ce soit Kansas City, Las Vegas, Brooklyn ou même Phoenix avec l’acquéreur actuel, force est d’admettre qu’il y beaucoup plus de spéculations que de réel intérêt appuyé par un plan d’affaire solide et des achetuers potentiels connus et crédibles.

Seatlle se démarque

Depuis quelques jours, le dossier de Seattle semble se démarquer et tendre un peu plus vers les critères de la LNH d’un marché potentiel.

1- L’amphithéâtre : il est maintenant admis depuis que le financier derrière la construction de l’amphithéâtre a fait connaître ses intentions, que ce nouvel infrastructure sera construit en fonction d’un usage partagé entre le hockey et le basketball et ce, même si Chris Hansen a depuis longtemps annoncé qu’il ne se mêlerait pas de l’achat d’une équipe de la LNH. Son dada à lui c’est le retour des Sonics de la NBA.

2- La carte de la LNH : pour le financier Chris Hansen, la carte de la LNH est cependant un atout important. En effet, la ville de Seattle est prête à débloquer 80 M de plus que les 120 M qui sont déjà attachés à la venue de la NBA. Selon plusieurs analystes, dans les faits, si la mise en chantier se fait rapidement, Hansen pourrait voir le dossier LNH avancer plus rapidement que celui du basketball. Dans les bureaux de la LNH, on surveille de près ce dossier et une construction rapidement annoncée pourrait se traduire par un transfert qui accomoderait même un propriétaire actuel dans la LNH. On pense à Charles Wang par exemple et ses Islanders de New-York, pour qui ce serait plus facile de convaincre les gouverneurs de la ligue de passer dans un marché populeux de l’Ouest des États-Unis que vers Québec ou la grande région de Toronto.

(Les Metropolitains de Seattle en 1919, qui avaient disputé la Coupe Stanley aux Canadiens de Montréal!)

On peut trouver quelques articles intéressants dans le Seattle Times, dont celui-ci : http://blogs.seattletimes.com/today/2012/05/public-arena-investment-capped-at-120-million-until-hockey-arrives-in-seattle/

Le blogueur Puck Daddy en parle aussi ici : http://sports.yahoo.com/blogs/nhl-puck-daddy/nhl-arena-news-seattle-moving-forward-gaze-upon-204728585.html