20120508-114407.jpg

L’annonce faite par Gary Bettman hier à Phoenix n’avait pour but que de rassurer une partie du conseil de ville de Glendale, la LNH ne quittera pas le désert de l’Arizone pour au moins cinq autres saisons. Ce soir, 8 mai, le conseil de ville doit procéder au premier vote sur la reconduction de l’entente de gestion entre Glendale et la LNH. Par le fait même, le commissaire de la LNH envoyait ainsi un message clair aux proprios de la ligue, la ponction à même vos coûts d’opération en vue de garder les Coyotes en vie tire à sa fin. Ça devient gênant après tout pour le circuit de voir que le club qui est gardé artificiellement en vie par les subsides des autres proprios se dirige vers la finale de la coupe Stanley et qui sait… les grands honneurs???

Le plus prudent… Greg Jamison!

John Shannon du réseau Sportsnet a interviewé Greg Jamison hier après midi afin de tâter le pouls du maître d’oeuvre de l’entente qui garde les Coyotes à Phoenix… pour le moment.

« At least for a night, there were smiles of cautious confidence. When I asked Jamison earlier Monday if it was going to be a big day, he responded: « Bigger than normal. Still a tentative announcement. Much work to be done. »

Greg Jamison est loin d’être un de ces proprios qui ont parfois hérité de franchises en déroute pour en faire de cirque de gestion et la risée des autres circuits. En 2002, il a assemblé un groupe de richissimes investisseurs de Sillicone Valley afin d’acheter les Sharks de San Jose. Le contexte était différent, la franchise était en bonne santé financière, l’amphithéâtre était plein et les Sharks accumulaient les succès sur la patinoire.

Il y a deux TRÈS grandes inconnues dans le plan d’achat de Jamison :

1) La première inconnue fait sourire car il était risible d’entendre Bettman hier soir dans sa conférence de presse parle d’un « Tiers-parti » dont l’appui serait nécessaire… Ce « Tiers-parti » est très connu! Il s’agit de l’Institut Goldwater qui a déjà fait dérailler une tentative de vente appuyée par la ligue. Bettman a beaucoup investi dans un plan de communication stratégique visant à promouvoir les avantages financiers de la présence des Coyotes à Glendale, EN DÉPIT DES TROUBLES FINANCIERS de la ville. Shannon explique :

« You see, there’s a lease deal to get done with the city. Apparently four of the seven council members are ready to support a new long-term lease with the Jamison group. The agreement will see Glendale pay over $17 million per year to have someone run the arena. It is an arena that has put the people of Glendale – a city with a population of less than 300,000 — in debt.

With a team, there is debt. Without a team, there is bigger debt. Jamison has the pedigree to run a solid business, and that’s where this team needs the most help. He also has the knowledge and experience to respect the work of men like Don Maloney to run the hockey side »

Les Coyotes, dans ce contexte financier difficile tente de démontrer Bettman, sont un avantage et non un inconvénient. 4 des 7 conseillers de la ville appuient le plan Jamison-Bettman. Reste maintenant à voir la réaction de l’Institut Goldwater quand la question sera débatuue et présentée formellement au conseil de ville.

2) L’architecture de l’arrangement financier. Il est encore très nébuleux de tenter de connaître qui sont les financiers qui appuient la croisade de Greg Jamison. On comprendra que les investisseurs veulent rester dans l’ombre en attendant que les questions de gestion de l’arena Jobbings.com soient résolues (il s’agit de l’influx de 17 millions par année après tout…) mais également que le spectre de la contestation de Goldwater soit dissipée.

Gary Bettman aurait beaucoup apprécier être capable d’annoncer hier soir le nom des investisseurs afin de calmer les ardeurs de Goldwater et pour sécuriser les trois membres du conseil de Glendale qui demeurent récalcitrants. Les investisseurs ont requis l’anonymat et Bettman n’a pas les moyens de froisser la dernière carte qui lui reste afin de sauver les Coyotes.

Les écueils ?

Voici ce qui pourrait faire dérailler l’entente de principe annoncée hier :

– la judiciarisation du lien entre la LNH et la municipalité : s’il fallait que l’Institut Goldwater trouve des bases solides afin de contester en cour la validité de l’entente entre la municipalité et la LNH, c’en est foutu des efforts de Jamison à moins que les investisseurs crachent 17 millions de plus par saison

-les négociations de la prochaine convention collective entre la LNH et l’association des joueurs : les proprios des clubs moins nantis de la LNH poussent très fort dans le dos du commissaire Bettman afin qu’il freine la hausse du plancher et du plafond de la structure salariale en place maintenant. Pour les Panthers, Blue Jackets et Stars de ce monde, il est de plus en plus difficile de dépenser en salaire le minimum pour se conformer au plancher salarial. Toute confrontation entre les joueurs et les propriétaires serait fatale à une entente pour sauver les Coyotes.

-le désistement d’un ou des partenaires financiers de Jamison : les tractations de Jamison pour acheter les Coyotes durent depuis plus de deux ans. Un des gains fondamental qu’a fait Jamison auprès de la LNH est d’arracher la concession de ne PAS avoir à signer d’entente de localisation prolongée avec Bettman qui aurait obligé l’acheteur à garder les Coyotes à Phoenix pour plus de 15 ans. C’est cette entente qui intéresse les investisseurs car dans un avenir immédiat et plus éloigné, il y a des marchés potentiels prêts à surenchérir pour attirer la LNH. Il y a Québec, mais aussi Toronto, la Saskatchewan, Seattle, Las Vegas et Kansas City pour ne nommer que ceux-ci. On avance le chiffre de 170 millions comme montant payé pour l’achat des Coyotes. On sait très bien que les Québécor, Bell Media (Toronto-Markham) et autres acheteur potentiels paieront facilement le double pour attirer la LNH. Pour les financiers de Jamison l’aventure est risquée, peut-être coûteuse à court terme mais potentiellement très profitable à moyen terme.

Pour plus d’infos :

Le texte de Shannon ici : http://www.sportsnet.ca/hockey/2012/05/07/coyotes_sale_jamison_ownership_shannon/

Le Phoenix Sports Business Journal (29 avril) ici : http://www.bizjournals.com/phoenix/morning_call/2012/04/phoenix-coyotes-sale-could-be.html?page=3