20120425-142640.jpg

Depuis qu’il s’est joint aux Predateurs de Nashville, Alexander Radulov a joué neuf matchs de saison régulière et cinq matchs en séries éliminatoires. Est-ce suffisant afin d’évaluer la contribution du joueur russe à sa « nouvelle » équipe?

Lyle Richardson pose la question dans son Pucking Around sur le site Kukla’s Korner. Non seulement doit-on rapidement évaluer la contribution de Radulov du côté des Preds, mais on doit aussi penser en fonction du casse-tête que représente l,autonomie de plusieurs joueurs importants de l’équipe. David Poile, le DG de l’équipe, devra dépenser son argent méticuleusement afin de satisfaire tout le monde, du moins, ceux qui voudront rester.

Et nous savons tous que la victoire est le meilleur argument pour convaincre les réticents.

Les chiffres

Saison régulière : 9 matchs, 3 buts, 4 passes, +3, 4 Mpun

Séries éliminatoires : 5 matchs, 1 but, 4 passes, +5, 4 Mpun

Du côté des Predateurs, on s’imagine qu’ils auraient aimé que le Russe en donne un peu plus mais cela serait sans compter une certaine période d’adaptation après quatre années passées à jouer sur les glaces européennes dans un style de jeu foncièrement différent de ce qui se passe ici.

Alors que faire?

« It’s obvious his future with the Predators will be determined by his playoff performance. If he isn’t more of an offensive factor, and the Predators fall short of advancing to either the Conference Final or Stanley Cup Final, it will cast doubt over his future in Nashville.

Prior to the playoffs, Predators GM David Poile said his intent was to re-sign Radulov, restricted free agent captain Shea Weber and pending UFA blueliner Ryan Suter, claiming team ownership had agreed to increase payroll for next season.

The problem, however, is how much Poile can comfortably spend to retain all three, and still flesh out the remainder of his roster. »

Il y aura aussi les frères Kostitsyn, Hal Gill, Colin Wilson, Paul Gaustad, Jordin Tootoo, Francis Bouillon et Anders Lindback qui seront soit à resigner sinon à remplacer…

Il apparaît évident que le casse-tête sera double pour David Poile : d’une part convaincre Suter, qui sera très convoité, de rester avec les Preds, pour ensuite faire de même avec Weber l’an prochain sans pour autant défaire le noyau de son club. D’autre part réussir à bien dépenser les fonds qui seront investis par les proprios du club dans le sillon d’une saison réussie (on se doute bien que les Preds réussiront à avancer d’une autre ronde…).

L’article de Lyle Richardson ici : http://www.kuklaskorner.com/index.php/spector/comments/whither_radulov/