20120413-082952.jpg

Ceux qui sont restés debouts un peu plus tard hier soir on pu être témoins du White Out qui caractérise les estrades des Coyotes de Phoenix quand ils participent aux séries. Cette tradition était aussi très prisée par les Jets de Winnipeg avant leur déménagement…

La mairesse de Glendale, Elaine Scruggs, était au match hier soir et on dit que l’ambiance était survoltée. Nous savons depuis longtemps que Bill Daly, Gary Bettman et la majorité des proprios de la LNH appuient toutes les tentatives possibles de trouver une solution qui passe par Glendale et le maintien d’une équipe dans le marché de Phoenix. Depuis quelques jours, c’est un ancien des Coyotes, Jeremy Roenick, qui vante les mérites de ce marché (bon, ok, oui JR sait se mettre les pieds dans la bouche mais chaque club compte un loose canon parmi ses anciens… Guy Lafleur… wink!wink!) et on voit bien qu’une vaste opération d’affaires publiques est en place pour montrer à l’ensemble de la planète hockey que le marché de Phoenix se porte bien quand l’ambiance est au hockey et non aux spéculations de transfert de l’équipe.

Plus de souplesse à Glendale

Ceux qui sont en mesure de capter le match de Phoenix via NBC Sports auront peut-être entendu les propos de Bill Daly qui se faisait plus rassurant quant à la situation de l’équipe. Les dates butoirs que l’on avait annoncées dans le passé semblent beaucoup moins strictes et il est désormais acquis que le groupe de Greg Jamison aura tout le temps requis pour conclure l’achat de l’équipe, à condition qu’un impértaif soit accepté par l’acheteur de garder l’équipe à Glendale pour une période de temps acceptable pour les deux partis, M. Jamison et la LNH.

D’ailleurs, le ton de Gary Bettman est beaucoup plus conciliant…

« Commissioner Gary Bettman says the NHL continues talking with prospective buyers for the league-owned Phoenix Coyotes with no timeline for selling the team.

« We’re not setting a timeline, » Bettman said Wednesday night. « We’re dealing with it, and we’re continuing to pursue a solution and reach a point where we conclude we can’t reach a solution, we’ll deal with it. But we do hope we can reach a solution so that the timing will become irrelevant. »

Source : http://www.cbc.ca/m/touch/sports/sports-nhl/story/2012/04/11/sp-nhl-phoenix-coyotes-gary-bettman.html

Ce que cela veut dire pour Québec, surtout les plus enthousiastes qui croyaient encore à un retour possible dès l’an prochain, c’est que la LNH ne transférera pas la concession des Coyotes avec le même empressement qu’elle ne l’a fait avec les Thrashers d’Atlanta. Il est acquis que le Board of Governors de la LNH préfère éponger les pertes d’un marché américain qu’il considère capital plutôt que d’envoyer une autre équipe dans un marché de hockey captif au Canada. C’est simple, les potentiels de croissance de revenus est limitée au Canada tant le hockey y est déjà saturé. Les gains financiers et la croissance économique de ce sport passe inévitablement par les États-Unis.

D’ailleurs, le site spécialisé dans l’étude des cotes d’écoutes de la télévision The Futon Critic rapporte que les premiers matchs des séries à la télévision américaine ont connu une croissance très intéressante; une augmentation de 29% pour la première soirée des séries (Flyers vs Pens) comparativement à l’an dernier et une augmentation de 12 % pour les matchs en fin de soirée (le 11 et le 12 avril combiné).

http://www.thefutoncritic.com/ratings/2012/04/12/best-nhl-playoff-opening-night-in-nbc-sports-network-history-55313/20120412nbc02/

La fin pour Latendresse au Minnesota?

Une nouvelle qui nous avais échappé émanant du Minnesota. Le journaliste attitré à la couverture du Wild Micheal Russo rapportait cette semaine que la direction de l’équipe ne soumettrait pas d’offre qualificative à Latendresse, ce qui pourrait faire de lui un joueur autonome SANS restriction le 1er juillet. Voici les mots du DG du Wild Chuck Fletcher :

« I’ve met with Gui, and what I told him is, ‘Let’s get you healthy first, and then we’ll sit down and have a candid discussion to see where you’re at mentally and where you’re at physically and what are your expectations going forward,’  » General Manager Chuck Fletcher said. « He was a pretty good hockey player for us three seasons ago and he is still a young man »

La situation de Pierre-Marc Bouchard est, elle aussi, assez problématique. Il est assuré de revenir au Minnesota l’an prochain car il lui reste un an à son contrat de 4,3 M par saison, mais l’ancien des Sagnéens de Chicoutimi devra connaître une bonne saison l’an prochain, loin des blessures, s’il veut se trouver un contrat dans la LNH pour 2014.

On peut lire l’article de Michael Russo ici : http://www.startribune.com/sports/wild/146554605.html