Combien de temps la LNH acceptera-t-elle de soutenir un marché moribond dans ses rangs comme celui de Phoenix?

Nous procédons ce matin à un balayage des médias sportifs afin de voir ce qu’il en est de la rumeur persistante du recours au plan B de la LNH dans le dossier des Coyotes de Phoenix.

Ce qui a lancé le bal à rumeurs, c’est l’entretien qu’a eu Darren Dreger de TSN avec Bill Daly de la LNH à propos de la plus récente réunion du conseil de ville de Glendale en Arizona. Des questions de logistique sont en jeu afin de planifier la prochaine saison et une date butoir concernant la vente des Coyotes arrive lundi le 26 mars. Rien n’indique qu’une entente de principe avec un acheteur pour les Coyotes soit en place d’ici cette date. D’où la discussion entre Dreger et Daly.

Au cours de cet entretien, Daly n’a eu le choix d’avouer que la LNH pourrait avoir recours à son plan B advenant le rejet du conseil de ville de Glendale de consentir à un enième report de la date.

Dreger sut Twitter : « Plan B for the Phoenix Coyotes will begin next week unless progress happens this week. Seattle, Quebec City, Las Vegas and Kansas City are in the mix. 2 or 3 groups are still interested in buying the Coyotes, but they have to give Plan B consideration »

Le rédacteur en chef de Hockey’s Lifestyle Magazine et NHL.com David Pagnotta sur la question via Twitter : « Kansas City and Seattle are serious options for the league to consider. »

Mais selon nous, une source inévitable dans ce dossier, branchée sur le monde des affaires de Phoenix, le Phoenix Business Journal. On y a publié un article sur la question. D’abord, selon le journaliste Mike Sunnucks, les deux acheteurs potentiels demeurent Greg Jamison et Jerry Reinsdorf.

« Former San Jose Sharks CEO Greg Jamison and another group led by Chicago Bulls and White Sox owner Jerry Reinsdorf are interested in buying the Coyotes and keeping them here. »

La date butoir de la semaine prochaine implique, notamment, que la ville de Glendale avance les 25 millions afin de bloquer le Jobbings Arena de Phoenix pour les Coyotes la saison prochaine. Mais selon les différentes sources, ce paiment pourrait être retardé si des progrès sont réalisés afin de garder les Coyotes à Phoenix.

Que faire de tout cela? Disons que Dreger a fait tout un plat pour finalement pas grand chose. Le message de Bill Daly ne s’adresse pas à ceux qui espèrent acquérir les Coyotes mais bien aux deux acheteurs potentiels afin que la situation se règle le plus rapidement possible. On comprendra que Québec se positionne au cas où, mais dans les bureaux de la LNH, on est bien au fait des velléités de PKP et ce dernier a bien joué ses cartes jusqu’à maintenant (contrairement à un Ballsillie par exemple). Mais ce que je retiens de la sortie de Daly c’est que la LNH, à l’évidence, préfère grandement que la solution passe par Phoenix, même si cela implique de défoncer quelques dates butoir…