L'arena de Saskatoon reçoit déjà des événements d'envergure, comme le Brier au curling.

Régis Labeaume a peut-être avalé son café de travers ce matin! Nous l’avions écrit sur ce site en février, les marchés canadiens anglais de la LNH (notons aussi l’appui tonitruant de Don Cherry au Coach’s Corner récemment) risquent de mettre beaucoup de leurs poids derrière la candidature de Saskatoon en vue d’en faire une ville incontournable pour la LNH. Bien entendu, on créerais ainsi des rivalités avec certains marchés existants, notamment les Jets de Winnipeg.

Loin de se soucier de voir arriver une équipe de la LNH dans la province voisine, les propriétaires des Jets de Winnipeg ont décidé d’appuyer haut et fort une possible candidature de Saskatoon comme équipe de transfert pour un des clubs moribonds de la LNH. Et le moment est bien choisi car dans la foulée de la rencontre des dirigeants de la LNH à Boca Raton la semaine dernière, tous sont au fait maintenant de quelles équipes sont véritablement en difficulté. Oui il y a le cas Phoenix, mais les Islanders sont en danger, tout comme les Stars de Dallas qui perdent beaucoup d’argent, les Panthers de la Floride et les Blue Jackets de Colombus dont on sait maintenant que les proprios sont très insatisfaits du plancher salarial à respecter s’il y a saison en octobre prochain.

C’est Puck Daddy lui-même qui traite de la question ce matin, non sans une certaine réserve, la faible densité démographique de ce marché potentiel :

« The Conference Board of Canada released a study in 2012 that set a minimum population base of 750,000 people for an NHL team to thrive in a Canadian city — roughly the population of Winnipeg. Saskatoon’s population is 222,000, with 35,000 people in the metropolitan area, according to the 2011 census. »

Ce à quoi les partisans de la candidature de Saskatoon, dont Ken Cheveldayoff, frère du DG des Jets (!) répondent :

« Cheveldayoff said he thinks a significant percentage of the corporate support would come from the potash and uranium mining sectors.  He thinks there would be a much higher percentage of people splitting season tickets four ways — fans would be willing to drive significant distance, such as they do for 10 Saskatchewan Roughrider games a year — and they’d sell out in no time at all. »

Pourrait-on un jour voir une LNH qui compterait 8 équipes du Canada?

L’article de Puck Daddy ici : http://sports.yahoo.com/blogs/nhl-puck-daddy/winnipeg-jets-owner-endorses-saskatoon-nhl-city-one-144453851.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter