20120309-083626.jpg

Ne retenez pas votre souffle, et n’ayez crainte, Don Cherry ne perd pas le sommeil par les temps qui courent. L’icône de 78 ans, pape du hockey viril « typiquement Canadian » a évité tant de fois le congédiement, qu’assurément il doit se dire qu’il en sera de même cette fois-ci.

Mais il y a deux failles très importantes dans les appuis de ce héros canadien (top 5 des canadiens de l’histoire selon une enquête à grande échelle de Globe and Mail et CBC). Steve Simons du Toronto Sun et de « The Reporters » à TSN se penche sur la question aujourd’hui. Son éclairage est intéressant et permet de voir les écueils sur le chemin de la reconduction du contrat de Don Cherry.

A) Se faire des ennemis parmi ses amis.

Don Cherry tire son pain et son beurre (la crème, la vache pis le cul de la laitière aussi à 700K par année!) par ses prises de position. On peut dire sans se tromper que la philosophie (!) du hockey que prône Cherry est assez similaire de celle que défend le « Country Club Canadian » de la LNH, les Clarke, les Milbury, les Ed Snyder, etc. Certes, Don Cherry a irrité parfois ses amis par ses prises de position (le no touch icing par exemple), mais sur le fond, il n’a jamais dû essuyer une fronde de front organisée par ses « amis ».

Sa sortie contre l’absence de joueurs « ontariens » dans l’alignement des Maple Leafs de Toronto a été très mal perçue non seulement chez les Leafs, mais aussi parmi les supporteurs de Hockey Canada, les Yzerman, Kevin Lowe et cie. Brian Burke a finalement répondu (il avait refuse de se mouiller au début) avec toute la verve qu’on lui connaît aux propos de Cherry. Mais Brian Burke est un américain, un produit du hockey collégial américain de l’époque du Miracle on Ice contre les Russes en 1980. À la limite, il y avait au moins cette démarcation… mais elle s’efface quand on jase philosophie du hockey. Brian Burke a ouvert bien des yeux et influencé nombre de décideurs du hockey suite à sa victoire de la Coupe Stanley avec les Ducks d’Anaheim avec un club robuste, un hockey d’intimidation, loin des finesses européennes…

Le crime de lèse-majesté de Don Cherry fut de diviser la « canadian nation », fut de braquer les ontariens contre les manitobains, les albertains, etc. Qu’il ait fait sa carrière en cassant du sucre sur le dos des Québécois passe encore, les Frogs ne font pas partie de la « canadian nation ». En ça, Cherry a perdu des appuis.

B) S’aliéner les bonzes de la LNH

Ça fait un certain temps que certains décideurs de la LNH sont irrités par les positions de Don Cherry. Le commentateur a souvent critiqué l’arbitrage et les efforts faits par l’équipe de discipline de la LNH dans son entreprise pour nettoyer le sport de l’obstruction, des coups à la tête et de l’élimination des bagarres, du moins celles qui sont « stagées »… Quand le nouveau préfêt de discipline Shanahan a tenu parole et sanctionné sévèrement les mise en échec dévastatrices qui causent tant de blessures aux meilleurs joueurs de la LNH (blind site hits), mais qui font la gloire de ses « Rock’em Sock’em Hockey » (et son profit personnel), Don Cherry a vilipendé l’ancien des Red Wings, à un point tel que la belle unanimité derrière les actions de Shanahan s’est effritée et la ligue a dû tempérer.

Mais une occasion se présentera dans une quizaine de mois pour la LNH de tasser Don Cherry, soit le renouvellement de la très lucrative (pour les deux côtés) entente de la télédiffusion des matchs à la CBC.

Le texte de Simmons résume bien comment la LNH pourrait agir, c’est-à-dire s’assurer que la diffusion des matchs à la CBC dans le cadre de toute nouvelle entente soit liée à la fin du segment « Coach’s Corner » et à la présence de Don Cherry sur les ondes. Dans les faits, on chuchotte que son accolyte, le populaire Ron Maclean, serait fort content d’abandonner l’emprise que la CBC a sur ses samedis soirs! À la CBC, bien que Don Cherry attire de bonne cotes d’écoute, il indispose aussi et le réseau d’état serait ouvert à l’idée de renouveller le concept de son show d’entre-périodes…

À suivre…

Le texte de Simmons ici : http://www.torontosun.com/2012/03/08/nhl-could-force-cherry-maclean-off-hockey-night